Le SEO est similaire au jardinage. Après avoir planté une graine, il faut patienter pour que celle-ci pousse. Entre temps, il sera nécessaire de l’entretenir en l’arrosant. Ainsi, comme la graine a besoin d’eau, le référencement naturel nécessite beaucoup d’entretien au niveau de l’organisation générale du site, particulièrement sur la structure et le contenu. Pour un responsable marketing, celui-ci doit connaître les bonnes pratiques pour permettre au site de l’entreprise de s’épanouir sur les moteurs de recherche en s’affichant à la première page. Voici quelques idées de référencement et des pratiques incontournables qu’il doit connaître.

1. L’inscription du site sur les moteurs de recherche

Bien que le moteur de recherche Google soit le plus utilisé de nos jours, il ne faut pas oublier qu’il en existe d’autres. En effet, délaisser les autres moteurs de recherche revient à délaisser leurs utilisateurs. En matière de référencement, il faut alors intégrer Yahoo et Bing à l’équation puisqu’à eux deux, ils cumulent presque 30 % des parts du marché.

 

2. L’analyse des mots-clés

Les mots-clés représentent le cœur du référencement. Ainsi, avant de lancer une campagne SEO, il est primordial de savoir sur quels mots-clés il est intéressant de se positionner.Pour affiner la sélection, il ne faut pas hésiter à aller regarder chez la concurrence, mais également ce que les internautes tapent le plus sur leur clavier. Pour cela, il suffit d’utiliser Google Trends, Google Adwords ou d’autres outils de planification de mots-clés.

 

3. Un contenu pertinent et unique

Les mots-clés ne servent à rien sans un contenu textuel. Celui-ci doit être différent sur chaque page. En aucun cas le duplicate content n’est toléré par les moteurs de recherche. Il faut qu’il soit pertinent et puisse répondre aux recherches des internautes. Par ailleurs, il permet aussi de faire de la sémantique pour positionner des mots-clés secondaires. Cela facilitera l’indexation du site de la société.

 

4. Les attributs alt des images

Outre le contenu textuel, il y a également le contenu imagé. Il s’agit des images présentes sur une page. Dans certains cas, celles-ci ne s’affichent pas correctement. L’attribut alt des images permet d’inscrire un texte de substitution avec des mots-clés qui s’affichera à la place de l’image en cas de problème. Par ailleurs, cet attribut s’utilise aussi dans les dispositifs d’accessibilité, d’où la présence des mots-clés.

 

5. Le maillage interne

Pour que le site soit intégralement indexé par les moteurs de recherche, il faut que les pages comportent des liens menant vers d’autres pages du site. Tous ces liens ancrés offrent la possibilité d’optimiser l’expérience utilisateur pour les visiteurs tout en permettant aux robots des moteurs de recherche de naviguer dans le site.

 

6. Les backlinks

Dans certains cas, les backlinks peuvent être considérés comme une mauvaise pratique. Mais s’ils proviennent de sites de qualité en rapport avec l’activité de l’entreprise, cela sera bien perçu par les moteurs de recherche. D’ailleurs, les algorithmes de Google favorisent la visibilité des sites de confiance.

 

7. L’optimisation des URL

Il n’y a pas que dans le contenu d’une page que les mots-clés doivent être présents. En effet, les URL doivent comporter le mot-clé principal de chacune des pages du site. Les professionnels du SEO conseillent de favoriser la canonisation des liens, qui est la possibilité d’accéder à une page grâce aux variations de l’URL.

 

8. Les erreurs 404

L’erreur 404 se présente comme un code d’erreur renvoyé par un serveur HTTP pour notifier l’inexistence de la ressource demandée, généralement une page web. Les navigateurs affichent alors le message suivant « 404 File Not Found ». Lors du référencement des pages et du site en lui-même, il est important de vérifier qu’il n’y a pas d’erreurs 404 sur le site web de l’entreprise. Pour quelle raison ? Tout simplement parce que Google assimile cela à un gage de mauvaise qualité. Pour rechercher d’éventuelles erreurs d’indexation, il suffit d’utiliser des outils, comme celui destiné pour les webmasters et proposé par Google.

 

9. La vitesse de chargement du site

Pour les internautes, si une page ne s’affiche pas dans les 3 secondes, ils passent leur tour. La vitesse de chargement du site est donc un élément à prendre en compte en matière de SEO. Pour la vérification, il existe différents outils, comme celui de Google PageSpeed Insights. Il permet de calculer la vitesse de chargement de chaque page et propose également des possibilités d’amélioration.

 

10. Le référencement pour les internautes

Il faut savoir que les algorithmes de Google qui scrutent les pages des sites internet regardent principalement si ceux-ci sont construits pour les visiteurs et s’ils répondent à leurs questions. Dans le cas d’une suroptimisation pour apparaître sur la première page de Google en cherchant à plaire aux robots, ces derniers le remarqueront immédiatement. Et il va sans dire que cela n’est pas très bien perçu par le moteur de recherche de MountainView, qui n’est pas réputé pour sa souplesse.